dimanche 11 novembre 2018

Lynwood Miller ** - Pas de printemps pour Éli

Image inspirée par la lecture du roman de
Sandrine Roy


Lynwood Miller et Éli coulent de douces journées d'idylle dans leur bergerie pyrénéenne. 
Même si par moment la jeune femme inquiète son entourage par un étrange comportement face au stress, l'amour fusionnel des deux tourtereaux semble invincible.
Un coup de téléphone va pourtant tout bousculer et faire ressurgir le passé de Lynwood. Son père vient de décédé.
Il décide d'aller aux obsèques au risque de mettre en danger sa couverture. En effet, pour tout le monde, il est mort depuis 20 ans. Il retourne donc au Texas avec Éli qui ne veut pas le laisser partir seul. 
La surprise des heureuses retrouvailles avec son frère James est encore intense lorsque les ennuis débarquent et promettent un séjour très mouvementé !

Dans ce 2ème opus, l'auteure malmène la sérénité de son couple fusionnel. Mais elle le fait avec son parfait dosage maintenant très personnel d'amour, de tendresse, de suspense, d'action, d'horreur et de surnaturel. Il faut dire qu'au Texas le crime et la corruption font la loi !
Lynwood et Éli sont deux personnages très atypiques et totalement différents mais si bien connectés.
Lynwood est habitué aux armes et aux criminels de part son ancien métier dans les Forces Spéciales. Quant à Éli si fragile physiquement, elle se révèle une battante dans les moments les plus terribles. Mais que dire sur son comportement avec les gens et les animaux, si non qu'il est magique !
Au fil des chapitres dont les pages défiles rapidement, l'intensité des sentiments et des situations monte en puissance jusqu'au dénouement qui ...
Vous pensiez tout de même pas que j'allais tout vous raconter !!!
Un 3ème opus va bientôt voir le jour !

Lecture de novembre 2018
Polar français 
Livre dédicacé
Lien vers l'auteur

jeudi 25 octobre 2018

SergueÏ

Image inspirée par la lecture du roman de
Bud Rabillon


Attention, dans ce roman l'habit ne fait pas le moine !
Sergueï, discret guitariste de rue, se fait remarquer pour ses envoûtantes mélodies et se trouve engagé pour le "Festival de poésie" de la ville de Neuf-le-Fort.
Alors que les festivités viennent juste de commencer, Tio le programmateur de spectacle est retrouvé mort.
Jobbert, flic local est chargé de l'enquête. Suite à la découverte d'un indice trop évident, il incrimine Sergueï et envoie ses sbires à sa poursuite.
Mais c'est sans compter sur l'enquêtrice Nelly Delvaux en convalescence dans la ville et son collègue Gil Lacroix qui lui rend visite. Avec ces deux là, l'enquête prend une toute autre tournure !

Une fois de plus, l'auteur a su m'entraîner dans son univers original dans un récit qui mêle l'Art et les magouilles politiques et économiques.  
De suite, je me suis sentie prise dans l'engrenage avec Sergueï, personnage mystérieux. D'ailleurs, il n'y a pas que lui de mystérieux !
Les autres personnages sont atypiques et certains sont attachants. Max et le prof sont top !
À mesure que l'enquête progresse, Gil et Nelly se retrouvent avec plusieurs suspects et un flic local plus enclin à sa petite personne et son bien être que chauffer ses neurones.
Pas évident au fil de la lecture de se faire une idée sur l'assassin !
À mon avis, avec ce roman l'auteur confirme son style !

Lecture d'octobre 2018
Polar Français

Lien vers l'auteur

vendredi 12 octobre 2018

Arcanes Médicis

Image inspirée par la lecture du roman de 
Samuel Delage


Quand la villa Médicis héberge "L'art de Tuer".

Valente Peyron, artiste peintre, surprend un cambrioleur dans son atelier. L'affrontement s'en suit mais l'individu s'enfuit en emportant avec lui un foulard. Objet précieux pour l'artiste. 
Lorsque son corps et découvert le lendemain flottant dans une fontaine, Marion Evans se trouve à proximité. 
Elle est horrifiée à la vue du cadavre , il n'a plus d'yeux.
Tous les habitants de la Villa Médicis sont sous le choc. Le directeur, père de la victime, se voit dans l'obligation de confier la préparation de l'expo prévu à l'expert en art Yvan Sauvage. 
Le commissaire Castelli dépêché sur l'affaire va devoir résoudre bien des énigmes.

L'auteur nous offre en lecture un superbe huis clos étouffant. 
Sa plume cinématographique entraîne le lecteur des somptueux jardins aux ateliers d'artistes. Artistes qui rivalisent tous de créations fantasques et de comportements ambigus. Et sans compter le personnel de la Villa !
La tension et le suspense monte d'un cran à chaque évènements et rebondissements. Tous les habitants de la Villa Médicis sont susceptibles d'être l'assassin. Du plus rebelle au plus soumis à l'autorité ! 
Une belle intrigue dans le milieu de l'art où j'ai retrouvé Marion Evans et Yvan Sauvage, ces personnages du roman 'Pyramidion" à la relation : je t'aime moi non plus !
Et puis son commissaire Castelli, un vrai pot de colle !
Il patauge allègrement dans son enquête, mais heureusement que Marion et Yvan veillent au grain !

Lecture d'octobre 2018
Polar Français
Livre SP
Lien vers l'auteur


vendredi 5 octobre 2018

Le cocu sort du nid

Image inspirée par a lecture du roman de 
Maxbarteam


Une bonne bouffée d'humour avec cette enquête menée par des gendarmes 100% terroir Landais !

C'est autour d'un verre de vieil Armagnac que Jean arrive à délier la langue de son ami César, gendarme à la retraite, sur l'affaire qui en 1959 vit périr Félicien Aspremont dans l'incendie de sa demeure de Vieux Boucau. 
Ça faisait 3 ans qu'il commandait la brigade de Soustons et c'est avec son fidèle coéquipier Maurice qu'il mena cette enquête pas toujours évidente et "Diou biban" farcie de secrets.
Des incendies, César a également comme souvenir, celui qui détruisit la forêt Landaise en 1949. 

Dans ce 4ème roman, l'auteur confirme son style bien personnel. Mais cette fois-ci, son équipe de fins limiers est constituée de César, grand-père de Morgan et de Maurice son coéquipier. Au passage, l'auteur instruit le lecteur avec des faits historiques et la langue Gasconne. Un régal pour moi qui vit dans les Landes !
Ces personnages principaux sont des gendarmes bien dans leur temps et avec des caractères bien trempés. Dans leur enquête, ils vont devoir se dépatouiller avec divers cachottiers, une bande de maffieux bordelais et les voies du Seigneur qui sont impénétrables !
Au fil des chapitres, les indices semés font avancés les deux pandores et la curiosité de Jean, pour cette affaire, est assouvie. Le lecteur aussi !

Lecture de octobre 2018
Polar Français
Livre dédicacé
Lien vers l'auteur


lundi 1 octobre 2018

1,2,3, nous irons au front ...

Image inspirée par le roman de 
Valérie de la Torre


Un roman jeunesse qui a su m'émouvoir par son récit abordé avec la fraîcheur d'un regard d'enfant.

Gensac-la-pallue août 1914.
Louis, fils d'agriculteur rentre de la pêche avec son ami Jean quand en chemin, ils entendent le tocsin. Dans sa tête un refrain :1, 2, 3, il se passe des choses... En effet arrivés sur la place du village, ils découvrent un attroupement devant une affiche "Ordre de mobilisation générale". Alfred, le maréchal-ferrant voyant l'incompréhension des deux enfants, leurs dit : C'est la guerre mes petits gars, la guerre contre les Allemands !
Au fil des jours suivants, Louis prend conscience de la réalité et que plus jamais son petit Monde ne sera pareil !

C'est avec des mots tout à fait appropriés aux jeunes d'une dizaines d'années, que l'auteur aborde un fait historique déjà vieux de 100 ans. 
C'est le petit Louis qui est le narrateur et qui raconte la vie de sa famille et des gens de son village.
L'auteure aborde d'une main de maître le vécu de cette époque, départ des hommes au front, l'attente des lettres, l'entraide pour les tâches agricoles et ménagères ... tout ce qui a fait qu'en 4 ans, les enfants sont devenus des hommes et des femmes à part entière. 
Mais le récit n'est pas larmoyant, sa plume est dans une réalité décrite par un enfant où l'espoir est omniprésent, même dans les moments douloureux. Ces durs moments, Louis les raconte avec ces mots enfantins qui font sourire et du bien aux adultes. D'ailleurs lorsque son père est parti au front, c'est en chantant sa rengaine modifiée : 1, 2, 3 Nous irons au front; 4, 5, 6, Et nous nous battrons .... Cette rengaine va aider Louis et son père à garder le lien entre eux et avec la vie.

Un très beau travail de Mémoire pour les petits mais aussi pour les grands !

Lecture de septembre 2018
Roman jeunesse
Livre dédicacé
Lien vers l'auteur



jeudi 27 septembre 2018

Mort Point Final

Image inspirée par la lecture du roman
de Frank Klarczik


Un roman qui a dû faire se retourner Dante dans sa tombe !

Tout à leurs discutions, les élèves de seconde C entrent en salle G3 pour deux heures de français avec Mr Bernard. Une fois tous en place, celui-ci ferme la porte à clé ainsi que les deux verrous supplémentaires. Ses élèves sont interloqués, mais il ne prête aucune attention à leur réaction et les sermonne sur leur manque d'interêt pour la lecture, l'utilisation excessive des réseaux sociaux et téléphone portable.
Puis le professeur les somme de débarrasser leur table, de prendre une feuille pour un cours très particulier.
Une dictée sur "La divine comédie" de Dante.
Mais attention : 1 faute = 1 avertissement et 2 fautes ça devient ... mortel !

Pendant la lecture de ce roman, tout comme les élèves je me suis sentie piégée dans cette classe. D'ailleurs, en rédigeant ce commentaire j'avoue que l'ombre de Mr Bernard plane autour de moi !
C'est avec un rythme d'enfer que l'auteur traite ce huis clos original et détonant. Sa plume est addictive et terrifiante. Il a su créer une atmosphère angoissante de peur mêlée d'espoir éphémère.
Au fil des chapitres allant de flashback à l'actuel, il aborde le sujet de la dévalorisation du métier d'enseignant, l'expérimentation foireuse d'un nouveau programme par l'éducation nationale. Il va s'en suivre un pétage de plomb avec carnage et la recherche de la vengeance. Rien n'est épargné dans ce récit pour les élèves, les policiers et le lecteur.
C'est ainsi que de surprises en suspenses, de tension en terreur, de courses poursuites en rebondissements je suis arrivée au savoureux dénouement.

Lecture de septembre 2018
Thriller Français
Livre dédicacé
Lien vers l'auteur

dimanche 16 septembre 2018

Y a toujours un môme qui braille quelque part

Image inspirée par la lecture du roman de 
Cicéron Angledroit


Avec ce 8ème roman, l'auteur passé maître en la matière, récidive pour le plaisir de ses lecteurs !

Cicéron est dans son QG (Bistrot de Raoul) avec ses deux acolytes Momo et René lorsque Steve affublé de sa mère Gloria lui tombent dessus pour l'entraîner dans une affaire particulière.
En effet, le jeune homme de 22 ans veut retrouver son père biologique qui à violer sa mère à l'âge de 15 ans. Celle-ci d'ailleurs ne se souvient absolument de rien ! Il ne souhaite pas le traîner en justice, juste lui sauver la vie.
Pour Cicéron qui est en pleine méditation au sujet de sa toute nouvelle et top secrète paternité, cette affaire s'avère perturbante. 
Mais heureusement, le commissaire Saint Antoine a la bonne idée de détacher sa fliquette Vaness'  (une des maîtresse de Cicéron) pour l'aider officieusement dans l'enquête !
Et bien, ça promet !

De la banlieue parisienne au Tréport, l'auteur m'a entraîné avec l'humour qui le caractérise si bien, dans une histoire abracadabrante.
Sa plume bien rodée d'humour décapant ne l'empêche pas d'aborder un grave fait de société.
Mine de rien, l'intrigue se tient bien et le lecteur évolue en même temps que l'investigation des protagonistes. Merci à Momo et René, de balancer par moment des idées qui avec le recul, ne sont pas si foldingues que ça. Même si dans cet opus ils sont peu présent, leurs réparties n'en sont que plus marquantes !
De rebondissements en rigolades, l'équipe de fins limiers m'a conduite vers le dénouement qui ...
Ce roman comme tous les autres de l'auteur, résulte d'une imagination débridée !  

Lecture de septembre 2018
Polar Français
Livre dédicacé
Lien vers l'auteur